Il existe d’autres formes de soutien.

Le meilleur soutien scolaire possible est celui qu’apporte les parents.

Pourquoi, dans ces conditions, ne pas envisager de former les parents au soutien de leurs enfants ? Est-ce à ce point une évidence qu’il ne faille jamais en parler ?

Nous proposons sur ce site une autre approche du soutien. Sans exclure sa conception classique, nous souhaitons explorer d’autres pistes dans un souci non de performance mais bien d’efficacité. Nous proposons le soutien aux parents souhaitant accompagner au mieux leurs enfants dans leur scolarité.

Et cette perspective se divise en deux conceptions : on peut considérer, d’une part, les parents désirant compléter, renforcer ou élargir les apprentissages reçus en classe afin d’enrichir l’élève, et considérer, d’autre part, les parents qui souhaitent recouvrer pour leur enfant et pour eux une certaine sérénité quant à la question scolaire, un relatif confort, dépourvu de l’angoisse sourde d’une réussite virtuelle et impermanente, des évaluations négatives, des orientations par défaut et du sentiment de frustration continuelle qui engendre systématiquement les tensions, puis les conflits.

Il y a de nombreux avantages à reconsidérer le projet de soutien sous ces deux angles. Il s’agit d’évoquer en premier lieu l’aspect financier. Il ne peut pas être identique pour les deux aspects envisagés.

D’un coté il s’agit d’un investissement de confort, d’une émulation saine, d’un élan positif, le tout pouvant être reporté, réparti ou disposé selon les opportunités et les convenances.

De l’autre côté, il s’agit du traitement d’une ou de difficulté(s) pouvant rapidement se transformer en problème insurmontable à résoudre en urgence. Sans délaisser le premier aspect, il semble évident qu’un soutien orienté vers les parents permet d’envisager une intervention plus limitée dans le temps et donc moins onéreuse. Une intervention dont les moyens, les outils, sont à disposition des personnes les plus à même d’intervenir selon les besoins de l’enfant : ses parents. Une intervention qui  pourrait être distiller dans le temps donnerait des résultats effectifs dans le temps également, alors qu’on attend du soutien classique des effets immédiats en gardant un oeil inquiet sur le compteur des heures qui s’accumulent. Ce rapport au temps qui presse est en lui-même un facteur de stress et peut expliquer les échecs relatifs du soutien classique.

En effet, l’incontournable bilan précédant l’intervention s’ajoute souvent à la mise en place des priorités et des objectifs, qui devance elle-même les premiers cours. Autant d’heures à financer. Alors qu’une analyse conjointe avec les parents permet non seulement d’identifier les difficultés rencontrées par l’élève mais également d’identifier comment améliorer leur contribution.

Par ailleurs, le point de vue de l’enfant est rarement envisagé. Il faut parfois enfoncer quelques clous de vérités premières. L’école et le collège ont pour vertu d’apporter un enseignement général assimilable par un maximum d’élèves. La considération particulière de l’individu que prône partout ailleurs la société est contradictoire à ce principe. Dans ces conditions, recourir au soutien revient, implicitement, à reconnaître publiquement une incapacité, temporaire ou non. Le remède peut aggraver la situation. Apporter des outils adaptés et un autre regard aux parents permet de contourner cet écueil.

Des résultats scolaires dits « insatisfaisants » sont l’appréciation des professionnels. Leur considération par les parents, voire la famille, peut être différente. Sa propre vision de lui-même et de ses résultats peut encore varier chez l’élève. Il y a également ce que pense les amis, l’influence des copains. Ajoutons à cela les modèles conscients et inconscients choisis ou non par l’élève lui-même ou son entourage. Dans ces conditions, apporter une vision supplémentaire ne peut parfois qu’ajouter de la confusion à la confusion.

Un soutien qui s’adapte, un soutien qui comprend, un soutien qui s’insère dans un sillage existant (scolaire et environnemental), un soutien qui conseille et suggère plutôt qu’il n’impose est peut être un soutien qui doit d’abord s’adresser aux parents.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s